Un service Immolégal - 01 42 96 96 59
L’intégralité des ventes aux enchères publiques dans toute la France
Achetez aux enchères votre maison
Achetez aux enchères dans l’ancien
Achetez un bien haut de gamme aux enchères
Investissez dans l’immobilier en achetant aux enchères
Achetez un bien récent aux enchères
Connectez-vous
Acheteur
Vendeur
Contact

Moins de primo-accédants parmi les emprunteurs

Primo

Primo accedant

Fotolia


 

Jusqu'à peu, les particuliers achetant leur premier bien ont grossi les rangs des emprunteurs. Mais, depuis le début de l'année, leur proportion recule, signe qu'ils ont dorénavant plus de mal à obtenir un crédit immobilier.


Le contexte actuel ménage de moins en moins les primo-accédants qui veulent emprunter. C'est ce que révèlent les chiffres du courtier Cafpi qui, jusqu'au début de l'année, comptait une majorité de primo-accédants parmi ses clients. La tendance s'est inversée : les primo-accédants ne représentaient plus que 44% des emprunteurs chez le courtier en février dernier. Plusieurs facteurs expliquent ce recul.
 

Prix et taux à la hausse

La hausse des prix de l'immobilier freine l'emprunt pour un premier achat, dans les grandes villes en particulier. De plus, la remontée des taux, quoique légère pour le moment, atténue l'effet de compensation des prix dans un budget d'acquisition.

Dans ce contexte, le montant moyen des emprunts des primo-accédants part à la hausse, comme le nombre de mensualités : plus de 200 000 euros sur 236 mois en février, contre un peu plus de 196 000 euros sur 235 mois en janvier.
 

Des réformes défavorables

La suppression des APL succession frappe de plein fouet les primo-accédants les plus modestes. De plus, le recentrage du PTZ donne un coup de rabot à cette facilité d'emprunt dans plusieurs zones rurales et périurbaines où la demande en prêt des primo-accédants est importante.

Ces réformes entrées en vigueur au premier janvier commencent à impacter les projets de première acquisition. Leur financement s'avère plus difficile à finaliser.
 

Les primo-accédants, emprunteurs les moins bien lotis

Les primo-accédants doivent redoubler d'effort pour décrocher un prêt, mais aussi pour le rembourser, comparativement aux autres emprunteurs. Ainsi, le prix d'un bien représente en moyenne 4.74 ans de revenu pour un primo-accédant. L'effort ne dépasse pas 4.15 ans de revenu chez les autres profils d'emprunteurs.

Ce recul des primo-accédants parmi les emprunteurs est une tendance observée de près par les professionnels de l'immobilier. Si elle se confirme, elle peut augurer d'une baisse de la demande sur le marché.
 

Précédent
Suivant
 
Moins de primo-accédants parmi les emprunteurs
A propos
Navigation
Vous abonner
Vous êtes un professionnel
VLIMMO Toutes les ventes
Partager l'actualité
Vous informer
Vous êtes acheteur
Vous êtes vendeur
Nous connaître