Un service Immolégal - 01 42 96 96 59
L’intégralité des ventes aux enchères publiques dans toute la France
Achetez aux enchères votre maison
Achetez aux enchères dans l’ancien
Achetez un bien haut de gamme aux enchères
Investissez dans l’immobilier en achetant aux enchères
Achetez un bien récent aux enchères
Connectez-vous
Acheteur
Vendeur
Contact

Les prêts immobiliers ralentissent

Pret

Pret immobilier

Fotolia


 

Depuis le début de l'année, les demandes de prêts immobiliers partent à la baisse. La réduction de leur nombre et de leurs montants reflète une dégradation de la solvabilité des ménages, les plus modestes en particulier. Plusieurs facteurs expliquent cette tendance.


Selon l'Observatoire CSA/Crédit Logement, le nombre de crédits immobiliers et les montants empruntés diminuent depuis le début de l'année 2018. Ainsi, en comparant la demande de prêts sur une période de décembre à février à un an d'intervalle, le nombre de prêts avait baissé de plus de 13% en février 2018 alors que la production - soit le montant des prêts - enregistrait une diminution de plus de 6%.
 

Pourtant, les taux d'emprunt restent avantageux

Cette baisse de la demande ne doit rien aux taux d'intérêt qui restent bas. Selon l'Observatoire, ces taux ont enregistré une légère baisse pour se situer en moyenne à 1.47 % en février 2018, soit au même niveau qu'en février 2017.

Peu de risque que les taux s'envolent par ailleurs : ils restent l'arme principale des banques au cœur d'une concurrence ardue pour gagner les clients et répondre à des objectifs de production élevés pour cette année.
 

Les ménages accusent la hausse des prix de l'immobilier

Les freins au crédit tiennent à d'autres facteurs. La disparition et le recentrage d'aides à l'acquisition - APL et PTZ - impactent les projets d'achat et de financement des ménages modestes. Et ce, au moment ou les prix du mètre carré remontent.

Par conséquent, les taux bas ne suffisent plus à compenser et la solvabilité des ménages les plus modestes se dégrade. L'Observatoire CSA/Crédit Logement indique ainsi une dégradation de la solvabilité quatre fois plus forte que ce que les taux d'emprunt bas peuvent absorber. En d'autres termes, la hausse des prix se fait maintenant ressentir.
 

La durée des prêts rétrécit

Selon les chiffres, depuis le début de l'année, la part des prêts de 20 à 25 ans recule et la durée moyenne des prêts s'est sensiblement réduite dans le neuf. Ainsi, les prêts les plus longs se font plus rares, même s'ils représentent toujours une part importante des crédits immobiliers accordés.

Or, les prêts longs concernent souvent les ménages les plus modestes ou les primo-accédants. Le coup de frein qu'il subissent reflète le fait que les ménages les moins solvables sont écartés plus qu'avant de l'emprunt immobilier.
 

 
Les prêts immobiliers ralentissent
A propos
Navigation
Vous abonner
Vous êtes un professionnel
VLIMMO Toutes les ventes
Partager l'actualité
Vous informer
Vous êtes acheteur
Vous êtes vendeur
Nous connaître